Archivé — Joanne Melville

Informations archivées

Les informations archivées sont fournies aux fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elles ne sont pas assujetties aux normes Web du gouvernement du Canada et n'ont pas été modifiées ou mises à jour depuis leur archivage. Pour obtenir ces informations dans un autre format, veuillez communiquez avec nous.


Autorité incontestée dans le domaine de l'enseignement des sciences en Colombie-Britannique, Joanne Melville s'efforce de donner à ses élèves un aperçu du milieu de travail scientifique. C'est pourquoi elle a élaboré le programme de préparation aux carrières en sciences et en technologie, qui allie la théorie présentée en classe à l'expérience pratique dans des laboratoires scientifiques. Adopté dans toute la province, ce programme permet aux élèves du secondaire d'acquérir une expérience éducative fort stimulante au sein de l'industrie, d'universités ou de la collectivité. Plus de 90 p. 100 des participants à son cours de formation « en milieu de travail » poursuivent des études en sciences et en technologie; certains sont même coauteurs d'articles publiés dans des revues scientifiques.

En 1992, les six élèves qui s'étaient inscrits à l'expo-sciences régionale de Vancouver-Lower Mainland ont obtenu un prix, notamment une médaille d'or, d'argent ou de bronze. La même année, 6 des 11 élèves de Joanne qui ont participé au concours de chimie Avogadro se sont classés parmi les 300 premiers sur un total de 4 200 participants.

Méthode d'enseignement

« Les meilleurs moments de ma carrière, je les dois à ce programme d'enseignement et aux élèves qui l'ont suivi. »

Ma méthode d'enseignement ainsi que les programmes que j'ai conçus s'inspirent de ma conception du travail des scientifiques. Une fois qu'on a travaillé dans le domaine, on constate que les relations interpersonnelles sont importantes. Les résultats sont le fruit d'une démarche scientifique globale, entre autres de discussions et d'interactions avec des collègues.

C'est toujours avec beaucoup de peine que je vois des élèves ayant des aptitudes et de l'intérêt pour ces disciplines ne pas poursuivre d'études en sciences parce qu'ils ne connaissent pas la multitude de carrières qui s'offrent à eux.

En salle de classe, j'essaie d'élaborer des expériences scientifiques donnant aux élèves la possibilité de se livrer à des activités qui reflètent la réalité. Le programme devrait être un mélange de théorie et de pratique qui permettra aux jeunes de prendre des décisions éclairées en fonction de leurs besoins et de ceux de la société. C'est pourquoi les élèves qui suivent le programme de préparation aux carrières en sciences et en technologie sont placés dans des situations réelles en laboratoire.




Expérience pratique

Je recrute les élèves talentueux de 11e année qui ont des aptitudes pour les sciences, qui s'y intéressent et qui envisagent de poursuivre une carrière en sciences, en génie ou en technologie. À cette fin, je fais connaitre le programme à l'école et je demande aux professeurs de 11e année de repérer les élèves susceptibles de le réussir. Les élèves intéressés peuvent également présenter directement leur candidature.

Au cours des vacances d'été, les élèves qui entreront en 12e année travaillent pendant 3 semaines dans des laboratoires de recherche choisis avec soin, surtout à l'University of British Columbia. Ils observent et participent en tant que membres d'une communauté scientifique. Les élèves apprennent la démarche scientifique et la façon de faire des études scientifiques en effectuant des recherches avec des étudiants diplômes de cycle supérieur. Les données qu'ils recueillent sont à la base des ateliers et de rapports scientifiques qui constituent une partie importante de leur travail de 12e année (dans le cadre du programme).

De nombreux élèves désirent poursuivre leur stage au delà des trois semaines prévues et, avec l'accord du scientifique responsable, le prolongent durant l'été.

Le volet « expérience de travail » du programme permet également aux élèves de prendre conscience de la place importante qu'occupent les aptitudes universitaires, techniques et interpersonnelles dans le travail du scientifique. Tout au long du programme, les élèves apprennent à raisonner de façon poussée, c'est-à-dire à analyser, à synthétiser et à intégrer des concepts.

On compte maintenant quelque 40 programmes similaires en Colombie-Britannique, dont bon nombre sont mis en œuvre dans des villes éloignées des universités. La science est tellement omniprésente dans notre vie que chaque ville du pays peut offrir des stages en sciences, dans des hôpitaux, des exploitations minières ou des établissements de recherche gouvernementaux par exemple.

Les programmes varient selon la région. Le programme que j'offre est entièrement axé sur la recherche. Par contre, un programme mené en association avec un hôpital mettrait l'accent sur les sciences de la santé. Peu importe le type de programme, il faudra toujours vous assurer que les élèves sont bien préparés pour les stages que vous proposez. Mon programme étant axé sur la recherche, les élèves doivent avoir d'excellents résultats scolaires.

Le volet « scolaire » du programme comprend des cours magistraux, des discussions de groupe et des discussions entre experts, des débats, des jeux de rôle, des exposés oraux et des rapports écrits, des films, des excursions sur le terrain et des conférences. Je demande également aux élèves de faire des « lectures différenciées », c'est-à-dire des lectures sur l'histoire des sciences qui donnent divers point de vue sur les événements. Les cours théoriques comprennent également des unités sur la méthode scientifique, les relations entre les sciences, la technologie et la société, des questions de déontologie en science, ainsi que la communication scientifique, notamment la préparation de séminaires et la rédaction de rapports scientifiques.

Si on considère les avantages qu'en tirent tous les participants, le coût de ce type de programme est relativement peu élevé. Il faut compter un peu de temps pour l'administration; le conseil scolaire devra payer ces heures supplémentaires, ou encore le professeur consacrera du temps d'enseignement au projet. La plupart des dépenses courantes sont en fait assumées par le laboratoire de recherche participant.

En régie générale, ce sont les ententes légales entre le conseil scolaire et l'université qui constituent la principale pierre d'achoppement. Le travail en laboratoire comporte de nombreux risques, et il faut veiller à ce que les élèves soient assurés.