Archivé — Les enseignants révélés

Informations archivées

Information identifiée comme étant archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’a pas été modifiée ni mise à jour depuis la date de son archivage. Les pages Web qui sont archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes applicables au Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique de communication du gouvernement du Canada, vous pouvez la demander sous d’autres formes. Ses coordonnées figurent à la page « Contactez-nous »

Les lauréats d'un Certificat d'excellence


Les lauréats d'un Certificat d'excellence figurent ici par province. Chacun d'entre eux est présenté dans un court paragraphe, des même que certains des idées pédagogiques qui lui ont valu d'être choisi comme lauréat.

Terre-Neuve-et-Labrador

Brenda Rowe-Bartlett

Bishops College
St. John's
(Terre-Neuve-et-Labrador)

Brenda Rowe-Bartlett, du Bishops College à St. John's, a été la force vive qui a donné naissance à la nouvelle galerie de style traditionnel de l'école (The Treasury), où les étudiants exposent leurs œuvres d'art. Cette galerie attire des visiteurs des quatre coins de la ville et de la région, qui ne cessent de s'étonner de la qualité du talent artistique des adolescents des niveaux I, II et III (10e, 11e et 12e années) inscrits au programme de beaux-arts de cette école secondaire. La présence de cette galerie à l'école même stimule les aspirations artistiques de la population étudiante de Bishops, voire de l'ensemble du conseil scolaire d'Avalon East, et contribue à améliorer les qualités esthétiques de leurs travaux. La valeur esthétique et artistique des réalisations de ces jeunes artistes a également impressionné nombre de professeurs d'art invités de diverses universités canadiennes, de même que des diplômés de programmes d'art de partout au pays. Plusieurs finissants poursuivent leurs études de beaux-arts dans des établissements universitaires et vendent leurs œuvres.




Québec

Yofi Sadaka

École secondaire Herzliah
Montréal (Québec)

L'école secondaire Herzliah, à Montréal, n'a rien d'ordinaire. Les élèves de cette école trilingue étudient tout, des fondements de la culture occidentale jusqu'à ses plus récentes réalisations scientifiques. Le premier de ces éléments relève du programme d'études hébraïques de l'école, tandis que la responsabilité du second échoit à Yofi Sadaka, directrice du département des sciences.

Mme Sadaka ne cesse d'inciter ses élèves à viser plus haut. Toutes les années, ils gagnent les concours organisés dans le cadre des expo-sciences et, l'année dernière, ils ont atteint leur apogée : leur expérience sur la formation d'un précipité de sulfate de baryum a été réalisée à bord de la station spatiale Mir.

Mme Sadaka enseigne tout aussi bien en français qu'en anglais. Elle a également travaillé pour le ministère de l'Éducation lorsqu'il a fallu analyser les écarts entre les résultats obtenus aux examens de sciences du ministère par les élèves de langue française et ceux de langue anglaise.




Ontario

Pat Bell

Centennial Collegiate Vocational Institute
Guelph
(Ontario)

Écrivaine, réviseure, conférencière, enseignante et « professeure des professeurs », Pat Bell est connue dans son école, et partout ailleurs, pour son travail dans l'enseignement du latin. Les prix et les bourses qu'elle a remportés lui ont valu une renommée internationale dans le milieu de l'éducation. Mme Bell est une personne comme il y en a peu, alliant une formation académique solide avec une imagination débordante. Elle enseigne avec amour et avec une attitude compréhensive et pleine de compassion envers ses élèves, qui en retirent plus que des connaissances. Elle s'est mérité le plus grand respect de ses pairs, ainsi que l'amour de ses élèves et de leurs parents, pour avoir encouragé les étudiants à élargir leurs horizons et à employer leurs talents à explorer des domaines nouveaux.

Elle consacre de nombreuses heures à superviser les préparatifs de l'Ontario Student Classics Conference, un concours provincial de latin qui permet aux élèves de la province de montrer leurs habiletés sportives, académiques et créatives. Elle organise avec beaucoup de succès un voyage biannuel enrichissant d'études classiques en Italie, prisé non seulement au sein du Centennial Collegiate Vocational Institute, mais aussi par les autres professeurs de latin de l'Ontario. Les fruits de son travail se font sentir dans tous les cours offerts à son école : ses élèves choisissent des thèmes classiques pour faire des exposés dans les cours de français ainsi que pour la création littéraire anglaise, l'illustration et le dessin d'architecture.

Randy Cook et Maureen Flynn

Allan A. Martin Senior Public School
Mississauga
(Ontario)

Lorsque Randy Cook et Maureen Flynn ont la possibilité de créer quelque chose de nouveau, ils visent toujours le sommet. Ces deux enseignants de Mississauga ont sauté sur l'occasion d'élaborer l'International Business and Technology Program (programme de commerce international et de technologie) et maintenant les étudiants se bousculent pour s'y inscrire.

Le programme, offert à la Allan A. Martin Senior Public School, à été conçu pour favoriser l'apprentissage autonome. Il encourage les jeunes à utiliser la technologie et à se lancer en affaires. C'est un projet multidisciplinaire, et les participants sont évalués selon des critères de comportement et de responsabilité, élaborés de concert avec le milieu des affaires.

Ce programme optionnel a vu le jour en 1995, avec 120 élèves de 7e année. L'année suivante, il regroupait 240 élèves des 7e et 8e années. Depuis, le personnel responsable a doublé en raison de la croissance de l'effectif étudiant.

Richard Ford

Creative Inquiry Centre
William Lyon Mackenzie Collegiate Institute
North York
(Ontario)

C'est au Creative Inquiry Centre, du William Lyon Mackenzie Collegiate Institute à North York, que Richard Ford s'affaire à créer un nouveau style d'enseignement. Au lieu d'enseigner dans le sens classique du terme, il incite les élèves à découvrir par eux-mêmes ce qu'ils peuvent faire et la façon de le faire. Il dirige, propose et assiste. Il repousse continuellement les limites de l'éducation, en créant des partenariats innovateurs entre les entreprises, l'État et les élèves.

Encadrés par leur enseignant, les élèves de M. Ford ont participé par vidéoconférence à la réunion du G7 qui a eu lieu à Halifax, ont créé une vidéo éducative intitulée Metro Hazardous Waste Materials et ont dirigé une conférence multimédia tenue par des élèves, pour des élèves.

Le style d'enseignement de M. Ford favorise l'apprentissage coopératif et autonome, un mode de formation essentiel dans un environnement technique en rapide évolution. Les performances des élèves sont remarquables. Même des classes multiethniques travaillent ensemble à la production de documents de qualité professionnelle pour des clients de l'extérieur.

Dalia Naujokaitis

St. Elizabeth Elementary School
Ottawa (Ontario)

Depuis 17 ans, Dalia Naujokaitis, enseignante de 29 ans d'expérience actuellement à l'emploi de la St. Elizabeth School à Ottawa, pousse les élèves et les enseignants à faire face aux exigences en perpétuelle évolution d'une société axée sur l'information. En effet, depuis 1981, elle se sert d'ordinateurs comme outil pédagogique, tant auprès des élèves doués que de ceux qui éprouvent des difficultés.

Sa salle de classe est un lieu dynamique où l'apprentissage coopératif et la collaboration en ligne avec d'autres écoles à travers le monde sont à l'ordre du jour. Avec ses élèves, Mme Naujokaitis a créé et géré neuf projets Rescol à la source par l'entremise du Rescol.

À titre d'exemple, des élèves de 4e, 5e et 6e année de 22 écoles de la ville suivent son programme destiné aux élèves particulièrement doués, un jour par semaine.

Souvent, l'information et les compétences qu'ils viennent chercher ici leur permettent ensuite d'initier les élèves et les enseignants de leur école d'origine à l'utilisation d'Internet, à la conception de pages Web et à des programmes de protection de l'environnement ou d'action sociale.

Bob Sanders

Sir Wilfrid Laurier Collegiate Institute
Scarborough
(Ontario)

Le Sir Wilfrid Laurier Collegiate Institute est une école secondaire qui a ouvert ses portes il y a 33 ans à Scarborough. Bob Sanders, directeur du département de chimie, est fermement convaincu de la valeur de la formation pratique. Son école est un microcosme rempli des défis du multiculturalisme. Un tiers des 1 300 élèves qui la fréquentent sont nés à l'extérieur du Canada. Bon nombre d'entre eux ont dû interrompre leurs études à quelques reprises en raison des troubles qui sévissaient dans leur pays d'origine, et ils sont souvent aux prises avec des problèmes de langue; ces réalités rendent parfois le travail des enseignants particulièrement difficile.

M. Sanders a recours à la « chimie de cuisine » pour capter l'attention des élèves pendant qu'il enseigne la théorie et leur fait faire beaucoup de travail en laboratoire pour conserver leur intérêt, adaptant ces activités à divers modes d'apprentissage. Les normes et attentes élevées de M. Sanders font en sorte que ses élèves sont bien préparés par la suite à faire face aux cours collégiaux et universitaires.

Organisateur infatigable de sessions de perfectionnement professionnel et collaborateur actif à ces activités, il a été à l'avant-garde de l'intégration de l'informatique à tous les niveaux du programme d'enseignement des sciences, utilisant des cédéroms, des simulations de dissection et d'autres logiciels de façon à la fois stimulante et créatrice. L'emploi de ces logiciels ajoute au contenu des leçons offertes en classe et en laboratoire, tout en donnant aux élèves un éventail de connaissances plus étendu que ne le permettraient autrement le matériel et le budget disponibles. L'inscription aux cours de sciences à la hausse, l'enthousiasme des élèves et la qualité de leur travail sont autant de preuves de l'excellence de l'enseignement de M. Sanders.

Daniel Thorsley

G. A. Wheable Centre for Adult Education
London
(Ontario)

Daniel Thorsley, du G. A. Wheable Centre for Adult Education à London, est un professeur de sciences, de chimie et de physique à la fois dynamique et captivant qui établit de très bons rapports avec ses élèves de tous âges.

Désireux d'offrir des expériences d'apprentissage enrichissantes à tous, M. Thorsley emploie diverses méthodes pour donner une autre perspective à ses étudiants sur les connaissances et les habiletés qu'ils acquièrent. Il fait grand usage des expériences contradictoires dans lesquelles le résultat d'une activité diffère de celui qu'aurait pu prévoir le bon sens. C'est cette même raison qui l'incite à organiser, dans la région de London, des concours portant sur la matière du programme d'études. Il participe à l'expo-sciences locale depuis plus de 20 ans et aux olympiades scientifiques de la ville depuis presque aussi longtemps.

M. Thorsley joue un rôle de premier plan dans l'enseignement des sciences dans la région de London. Il conçoit des logiciels pour illustrer des concepts de chimie et de physique. Il a informatisé les procédures d'inscription et de relevé des présences pour le service d'éducation des adultes. Il publie le bulletin d'information SCIENCE2000 afin d'informer les écoles et les chefs de file de la collectivité sur ce qui se passe dans le domaine des sciences à London. Il est président du comité chargé d'accueillir l'Expo-sciences pan-canadienne à London en l'an 2000.




Alberta

John Dupuis et Cal Kullman

Bishop Pinkham Junior High School et Louis Riel School
Calgary (Alberta)

John Dupuis, de la Bishop Pinkham Junior High School, et Cal Kullman, de la Louis Riel School à Calgary, sont deux enseignants de sciences et d'éducation environnementale exceptionnels. Ils ont tous deux des diplômes en sciences et beaucoup d'expérience sur le terrain. Ils ont enseigné à la Calgary Board of Education, aux élèves de la 7e à la 9e année — M. Dupuis depuis 7 ans, et M. Kullman depuis 15 ans.

En enseignant les sciences et l'éducation environnementale, ils ont réussi à allier leur amour de la nature et des activités à l'extérieur au plaisir de travailler avec des jeunes. La liste de leurs réalisations communes avec des élèves est impressionnante. Elle comprend des centaines de sorties éducatives, la construction d'un mur d'escalade à l'intérieur de l'école, un programme mobile de ski de fond et des camps d'été en sciences.

Leur plus belle réussite à ce jour est le River Watch Science Program. Le programme, qui a débuté à Calgary, se déroule maintenant sur huit rivières de l'Alberta. Il regroupe près de 4 000 élèves chaque année. Un site Web d'observation des rivières (en anglais seulement) publie les nouveautés et les découvertes du programme. La popularité de leurs programmes montre bien le talent, l'engagement et le leadership de M. Dupuis et M. Kullman.

Frank Jenkins

Ross Sheppard High School
Edmonton
(Alberta)

Frank Jenkins, qui enseigne la chimie à la Ross Sheppard High School à Edmonton, se consacre depuis 30 ans à faire comprendre aux élèves la nature même de la science. À son avis, il n'y a rien de tel pour les amener à voir les interactions quotidiennes entre la science, la technologie et la société.

Ses programmes d'enseignement améliorent l'aptitude des élèves à penser et à résoudre des problèmes. Au cours d'un exercice, ces derniers peuvent lire un article d'une revue de chimie et souligner les expressions utilisées par le rédacteur scientifique pour exprimer l'incertitude et invoquer l'argument d'autorité. Par exemple, le rédacteur pourrait traduire son incertitude en écrivant ce qui suit : « les résultats préliminaires révèlent », « si l'on se fie à cette étude unique » et « jusqu'à ce que d'autres études soient achevées ». L'argument d'autorité prendra forme dans des expressions telles : « selon la théorie moléculaire de Lewis », « selon la loi de la conservation de la masse » et « selon les preuves réunies au cours de cette expérience ». Il s'agit ensuite, pour les élèves, d'utiliser une démarche analogue en lisant leur manuel de chimie, ainsi que pour analyser les leçons et les examens oraux ou écrits de leur professeur (pourvu, évidemment, que l'enseignant ait suffisamment pris conscience de son discours scientifique et le maîtrise). Ainsi, le « Dr J. » permet à ses élèves de se pencher simultanément sur des nouveaux concepts de chimie et d'épistémologie.

Garry Kroy

Austin O'Brien High School
Edmonton
(Alberta)

L'Austin O'Brien High School s'est taillé une place de premier plan au sein de la collectivité depuis que Garry Kroy a pris en charge le programme d'éducation au choix de carrière et de technologie au début des années 1990. Ses élèves se sont distingués à l'échelle internationale et leurs succès ont eu pour effet d'augmenter le nombre d'inscriptions à l'école, qui voyait sa population étudiante diminuer depuis quelque temps.

M. Kroy a mis sur pied un laboratoire avec des ordinateurs et des outils traditionnels et de pointe, où les élèves peuvent se familiariser avec la technologie et se renseigner sur les diverses carrières. Il a ainsi créé plus de 90 modules d'apprentissage pour explorer les choix de carrière.

Des élèves de tous les domaines — depuis les sciences jusqu'au théâtre et aux arts — et aux aptitudes d'apprentissage diverses utilisent régulièrement le laboratoire. M. Kroy a également mis au point un système de modules grâce auquel les élèves peuvent suivre le programme de leur choix afin d'acquérir les habiletés qui leur permettront ensuite de bien s'orienter sur le plan professionnel.




Colombie-Britannique

Bill Henderson

Robert Bateman Secondary School
Abbotsford
(Colombie-Britannique)

Bill Henderson, responsable de l'éducation technologique à la Robert Bateman Secondary School d'Abbotsford, possède trois qualités d'un bon enseignant, c'est-à-dire la perspicacité : il peut prévoir les progrès dans le domaine de la technologie et les stratégies pédagogiques, et en tirer parti; l'engagement : il se fait un devoir d'aider ses élèves à exploiter pleinement leur potentiel et de favoriser l'essor de l'éducation technologique à l'échelle de la province; et le goût d'apprendre : il perfectionne régulièrement ses compétences et a récemment obtenu une maîtrise en éducation, spécialisée en élaboration de programmes d'études.

Les programmes de conception graphique et de technologie de l'information offerts par M. Henderson sont à la fois populaires et fort efficaces. Les classes mènent à bien des projets pour le compte de partenaires de la collectivité et de l'industrie. Grâce à l'expérience et à la visibilité ainsi obtenues, des élèves sont passés directement de la 12e année à des emplois très spécialisés. DigiFest, symposium annuel créé par M. Henderson, contribue à cette démarche en regroupant les élèves, les enseignants et les dirigeants de l'industrie pour que le programme d'études demeure pertinent et actuel.

Ted McCain

Maple Ridge Secondary School
Maple Ridge
(Colombie-Britannique)

Ted McCain, de la Maple Ridge Secondary School à Maple Ridge, est un ardent partisan de l'intégration des nouvelles technologies à l'éducation. Il fait valoir les avantages de la technologie à plus d'un titre : apprentissage individuel, intégration des disciplines, accès rapide aux nouvelles connaissances et développement de la pensée critique. Il tient ses collègues et les parents au courant des nouveautés, prononce des discours et anime des ateliers, en plus de collaborer étroitement à la conception des programmes d'études de son district scolaire et de la province. Les cours créés par M. McCain sont devenus des modèles d'éducation technologique partout au pays.

Dans ses classes d'informatique, d'initiation à la vie professionnelle et de cognitique, il joint le geste à la parole en encadrant ses élèves plutôt qu'en donnant des cours magistraux. Il joue souvent le rôle d'un client peu informé pour montrer aux élèves à quel point il est important de penser de façon créatrice et de bien saisir les concepts. Il joint à son expérience pratique une formation professionnelle concrète, et donne à ses élèves des défis scolaires de taille; ils en redemandent.

Dawne Tomlinson

Brookswood Secondary School
Langley
(Colombie-Britannique)

Dawne Tomlinson, de la Brookswood Secondary School à Langley, a conçu un cours de production télévisuelle et de cinéma qu'elle enseigne à l'heure actuelle. Son cours est très couru et fait l'envie des écoles partout au Canada. En partenariat avec la Rogers Community TV, Mme Tomlinson offre aux élèves du secondaire des possibilités dont on ne jouit habituellement que dans les plus prestigieuses écoles de cinéma. Elle a élaboré le programme d'études il y a cinq ans et a installé son « BackStreet » Studio dans un atelier de soudage désaffecté. Les finissants du programme sont très en demande dans l'industrie de la télévision et du cinéma.

Mme Tomlinson a également mis sur pied d'autres projets innovateurs : un programme d'entraide, dans lequel elle enseigne aux élèves intéressés à fournir un appui personnalisé à leurs pairs, ainsi que Klown Kids, une troupe itinérante d'élèves des premières années du secondaire qui fait des spectacles dans les écoles élémentaires.




Yukon

Robert Sharp

F. H. Collins Secondary School
Whitehorse
(Yukon)

Robert Sharp travaille depuis 30 ans dans le milieu de l'éducation au Yukon, à titre d'enseignant, d'administrateur, de chercheur et de concepteur de programmes d'études. Au cours de cette période, M. Sharp a cherché des moyens de rendre l'enseignement plus stimulant et efficace pour une grande variété d'élèves.

Il a créé une « école dans une école » à la F. H. Collins Secondary School à Whitehorse. Le programme de sciences expérimentales qu'il a élaboré pour la 11e année vise à faire participer les élèves plus activement à leur apprentissage et à accroître ainsi la valeur de leurs études. Ce programme intègre sept matières sous divers thèmes. Les élèves de M. Sharp suivent un programme aussi intensif que varié, qui comporte plus de 35 sorties pédagogiques par semestre; en outre, deux jours par semaine, les élèves travaillent dans des laboratoires scientifiques des collèges.

L'approche consistant à soumettre des problèmes réels aux élèves et à leur faire réaliser des études sur le terrain s'est révélée à la fois efficace et populaire. Un seul élève s'est retiré du programme en quatre années et le taux d'assiduité affichait une moyenne supérieure à 95 p. 100. Plus du tiers de ces élèves figurent au tableau d'honneur et un autre tiers ont obtenu des notes supérieures de 10 p. 100 à celles obtenues en 10e année. M. Sharp veille également à ce qu'une grande variété d'élèves suivent son cours. Les critères d'admission tiennent compte non seulement des notes, mais aussi des attitudes.